Une semaine en Islande

Une semaine en Islande

Cette année, comme nous ne sommes pas partis à l’étranger pour les vacances d’été et que ça commençait vraiment à nous manquer, on a fait le projet de se faire des vacances d’hiver qui dépotent. On a opté pour l’Islande et ça a été clairement une semaine de folie.
Je crois que c’est dans ce pays que j’ai vu les choses les plus belles, la nature là bas est omniprésente, et la diversité des paysages est juste folle.

Il faut être conscient qu’au mois de février en Islande, il fait froid. Ce n’est pas non plus des températures folles mais il faut s’équiper (je détaillerai plus dans la suite), mais l’hiver est la saison des Aurores Boréales et ça, ça vaut bien le coup de se geler un peu. Les sites que j’ai pu fréquenter pour pouvoir organiser le voyage m’ont un peu effrayé parce que les heures de lever et coucher du soleil laissé présager des journées très courtes mais je n’ai finalement pas vu de grandes différences avec des journées hivernales telles que je les vois ici.

Pour s’y rendre

Nous sommes partis autour du 10 février avec la compagnie Wow Air au départ de Paris.
Les tarifs étaient vraiment attractifs et pour une compagnie “low cost” le confort était quand même plutôt au rendez vous. Le vol ne dure en fait que trois heures et demie pour arriver dans la capitale Islandaise, Reykjavik.

Se loger en Islande

L’islande coûte cher, c’est pourquoi nous avons privilégié les chambres privées chez l’habitant via Airbnb. Les islandais sont accueillants et c’est une façon de découvrir le pays aussi. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, cochez la mention “Superhost” dans les filtres lors de la sélection de la chambre.
Pour 45 euros par nuit chez Paul , nous avons eu le confort nécessaire dans la capitale et très proche du centre.

Sur la fin du séjour, on à changé de logement pour se rapprocher de l’aeroport, encore une fois, une super chambre chez Frida, une famille super sympa et accueillante :

Il est surement possible de réserver des hôtels dans les parages des sites à voir, mais souvent en pleine nature, il y en a peu et les prix atteignent vite des sommets, pour des services qui sont généralement moyens et des lieux bondés de touristes. On a préféré réduire les dépenses et rouler un peu et je ne regrette pas ce choix.

Reykjavik

Nous avons passer deux jours à visiter Reykjavik, une ville au charme certain avec ses jolies petites maison, la Harpa (une grande salle de spectacle faite de centaines de petites vitres où se reflète le bleu de la mer juste en face), une énorme église etc
Reykjavik est un passage obligé, c’est vivant, c’est beau, c’est la ville mais il ne faut pas s’y attarder trop longuement car on en fait rapidement le tour. D’ailleurs il est possible de la faire à pied sans soucis, même en hiver surtout si vous êtes logé proche du centre, comme nous.

Quelques bonnes adresses à Reykjavik

Glo : Un restau végé plutôt sympa, on y mange bien pour une quinzaine d’euros par personne.

Lobster Hut: Un sandwich au homard sur le pouce ? Un délice !

Bæjarins beztu: Un hot dog approuvé par Bill Clinton.

Dillon: Un bar cool, avec happy hour et music live.

Bonus: Un supermarché qui dépanne bien pas cher qui dépanne bien quand on voit le prix des plats dans certains restau.

La suite du voyage

On a poursuivi notre voyage en voiture, pour pouvoir s’enfoncer un peu plus dans les terres. La seule chose qu’on a pas pu faire était l’Est et le Nord, les “fjords” inaccessibles l’hiver.
Pour la location, on a fait appel à Blue Car Rental, une bonne agence sur laquelle je n’ai rien à redire. Je vous conseille de prendre l’assurance pour les cendres volcaniques, qui apparement sont un prétexte pour prélever les clients d’après les avis sur de nombreux forums, on a préféré ne prendre aucun risque. D’ailleurs il n’est pas nécessaire de nettoyer l’extérieur de la voiture de location avant de la rendre (clairement crado avec la neige, la boue etc). Les avis divergent, mais nous on a opté pour une voiture classique, pas un 4×4 au vu des prix exorbitants et ça c’est très bien passé (sans s’aventurer sur des sentiers non balisés etc, faites aussi attention à ça).

Personnellement, on a été plutôt chanceux pour la météo, il faisait froid, humide mais on avait prévu le coup avec sous pantalons, pantalons de ski, chaussures hautes de rando, chaussettes de ski, sous pull, polaires, manteau de ski, gants et bonnets. Non pas qu’il faisait -20°, il me semble que les plus basses températures étaient autour de -5 mais l’humidité de l’air peut mouiller les vêtements et avec le vent ça peut vite devenir compliqué, des vêtements imperméabilisés rendent la tâche beaucoup plus aisé. Par contre, veillez surtout à bien vous renseigner sur l’état des routes en temps réel avant de vous aventurez car ça peut clairement être dangereux, j’ai eu grosse frayeur sur une route enneigé de montagne où l’accès était vraiment difficile.

Ce site est plutôt très bien fait pour ça :
http://www.road.is/travel-info/road-conditions-and-weather/

Premier arrêt : Le cercle d’or

On a commencé par Pingvellir, un endroit sympa et plein d’histoire au milieu des deux continents. C’est à voir mais il n’est pas vraiment utile de s’y attarder des heures, on en fait assez vite le tour.
On poursuit avec Strokkur, un lieu touristique pourvu d’une très forte odeur d’oeufs plus très frais mais qui vaut le coup de s’y attarder un peu. Lorsqu’on arrive, on ne comprend pas tout de suite l’intérêt, et d’un coup, un énorme geyser sort de terre pour s’élever à 20 mètres de hauteur juste à côté de vous. Énorme !
Il faut ensuite reprendre un peu la route pour s’arrêter à Gullfoss, deux chutes d’eau juste magnifiques.

Je vous conseille fortement de faire un petit arrêt aux chutes et au cratère de Faxi pas très loin de là, qui en mettent plein la vue également.

Le sud

Direction le sud de l’islande pour aller voir les fameuses plages de sable noir. Avant ça petit arrêt à la chute d’eau de Skogafoss, sur la route, bien sympathique.

Je vous conseille fortement de faire un petit arrêt à Dyrhoaley avant d’arriver à Vik pour voir les orgues basaltiques, avec au loin dans la mer des falaises.

Vik est réputé pour être très pluvieuse, on a pas échappé à l’averse de grêle mais c’est un endroit fou !

Et après deux bonnes heures de route, le glacier de Jokulsarlon et sa “Diamond beach” juste époustouflant.


Nous sommes ensuite rentrée à Reykjavik après une loooongue route de nuit (les routes ne sont pas du tout éclairées) Nous, on l’a joué tranquille en roulant doucement parce qu’en plus il commençait à neiger.
Il faut savoir que la météo en Islande est un concept à part, c’est très imprévisible : on passe de paysages tout blancs à des coin de verdures avec un grand soleil sur 15km à peine.

Snaefellsnes

Pour finir, on est allé visiter le nord, pour découvrir la péninsule de Snaefellsnes. Cette journée à été un peu difficile pour nous car il à pas mal neigé et que sans 4X4, il était impossible pour moi de couper par les routes de montagnes assez dangereuses quand le sol glisse, on a du faire quelques petits détours mais encore une fois, ce qu’on a vu valait largement le déplacement.
Entre autre le mont Kirkjufell à Grundarfjörður.

Prix

Le voyage, organisé par nous même pour une semaine et tout compris est revenu environ à 800 euros par personne, raisonnable comparé à tout ce que les agences de voyages proposent.

Dernier jour

Pour notre dernier jour, on avait prévu une après-midi détente au mythique blue lagoon. Bon le blue lagoon est relativement cher mais il fait partie des “incontournables”, surtout que les islandais sont super fans de leurs piscines, ils les conseillent systématiquement même dans les petites villes.
Il faut savoir pour le Blue Lagoon qu’il faut réserver à l’avance, je dirai au moins une semaine ou deux avant pour assurer le coup car l’entrée est interdite sans réservation. Et lorsque vous souhaitez réserver pour le jour même ou la veille et qu’il n’y a presque plus de place, ils doublent les prix. Donc pour nous, ça n’a pas été possible !

Pour achever en beauté notre voyage, on est allé à la chasse aux aurores boréales. Malheureusement, même en hiver, il n’y a aucune garantie pour les voir, je vous conseille de vous éloigner de la pollution et de la lumière (de la ville donc) pour pouvoir les apercevoir plus facilement.
Un site super vous donne les prédictions :
http://en.vedur.is/weather/forecasts/aurora/

Et je vous conseille également ce groupe Facebook où les gens postent en temps réel quand ils en voient et indiquent où, avec souvent de superbes photos.
Northern Lights Alert

Des excursions organisées par des agences existent pour les aurores, on l’a fait de notre côté car tout à un prix. De nombreux amateurs sont là lorsque les conditions météo sont réunis. On a pu en voir des petites, la semaine suivante après notre départ, il y en avait des tellement fortes qu’on pouvait les voir de Reykjavik, malgrés les lumières de la ville.

Mais ce ne sera que partie remise car l’Islande a tellement été un coup de coeur intersidéral pour moi que j’y retournerai un jour !

Pour finir, tous les sites ci dessus sont tops et évidemment à voir selon moi, mais en Islande où que vous alliez, vous tomberez sur des merveilles. Quelques photos d’endroit où on est passé par hasard, car c’était sur notre route

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *